Les z'aménageurs z'urbains : 1

En matière de faute de goût d’aménagement de jardin, il y a encore et toujours des surprises …

Venir habiter « à la campagne » et aménager un jardin avec des espèces des haie et des parc urbains, voilà qui manque singulièrement d’originalité :-(

Et quand je vois la superficie rendue disponible par l’abattage des épicéas (aidé par les tempêtes successives), c’est vraiment un gâchis ! Planter des bambous sur une ancienne pessière (plantation d’épicéas), ca doit être une première mondiale ! Et la jolie haie, c’est pour empêcher qu’ils ne s’échappent … on n’est jamais assez prudent !

NB : les constructions sont floutées :-)

Publié dans Les Z'urbains | Commentaires fermés

Un chasseur sachant chuter

Après le passage de la tempête Xinthia …


Publié dans Insolite | Marqué avec | Commentaires fermés

Les aristocrates du déchet : 3

Il paraît que les hommes savent pourquoi … ils boivent de la Jupiler.

Quand, lors d’une balade dans la Nature, par désespoir, vous commencez à compter les cannettes laissées par nos con-citoyens, vous constaterez que Jupiler est toujours leur bière préférée (et Coca Cola dans la catégorie des sodas). Généralement, le buveur de cannettes aime partager ses déchets avec d’autres buveurs de cannettes.

Parfois se glisse dans le groupe un aristocrate du déchet, qui lui, préfère les bières façon « Abbaye » (Andries, si tu me lis, tu remarqueras que je ne confonds pas ces bouteilles avec les vraies trappistes dont tu es si connaisseur :-) ) mais dans un geste d’intégration sociale, il mélange volontiers ses bouteilles vides avec les cannettes de Jup’

Au fait … ces bouteilles sont la plupart du temps consignées, alors, faites comme moi : ayez toujours sur vous un sac plastique pour les ramasser et retoucher la consigne … une bonne année, c’est 7 – 8 euros facilement gagnés ;-)

Publié dans Incivilités | Commentaires fermés

Insectes sous résine … suite

Natagora et Natuurpunt ont réagi à l’action commerciale du journal Le Soir (vente d’insectes sous résine pour rappel) à travers une Carte Blanche publiée le 08 mars sur le site internet du journal vespéral.

Réaction intéressante, constructive mais tellement complaisante, dans l’air du temps en somme.

Natagora, réveille toi !

Publié dans Hors catégorie, Incivilités | Commentaires fermés

Timide marche arrière du journal Le Soir

La vente d’insectes sous résine par le journal Le Soir a suscité de vives réactions parmi la communauté des naturalistes belges.   L’association  du Muséum d’Histoire Naturelle de Belgique via son logo (le petit dinosaure vert) à cette opération « marketing » en a surpris plus d’un et des contacts directs ont été pris avec divers collaborateurs du Muséum … qui tous ignoraient cette action.  Toujours est il que Le Soir a fait marche arrière en retirant le logo du Muséum.

Vous pouvez le constater en visualisant la page  d’accueil éditée le 21-02-2010 avec celle mise à jour ce 23/02/2010.

Un premier pas vers un arrêt de cette opération ?

Espérons le !

Publié dans Hors catégorie, Incivilités | Commentaires fermés

2010 … année du Bio Marketing ?

2010 Année de la Biodiversité … vue par le journal Le Soir

A partir du 24 février, le journal Le Soir proposera d’acquérir des insectes plastifiés. Pas des insectes en plastique, mais de vrais insectes élevés dans le but de finir dans un bloc de résine plastique.

Bien sur, l’opération est présentée comme éducative, comme écologique même, puisqu’il s’agit d’insectes d’élevage et qui en plus, crée des emplois << dans les zones rurales >> … mais Le Soir ne précise pas où elles sont situées.

Le tout est estampillé « Année 2010 de la Biodiversité » et « Muséum d’Histoire Naturelle de Belgique » (leur logo est le dinosaure vert) … récupération pitoyable au profit d’un bio marketing. La presse papier est elle à ce point moribonde ?

D’un point de vue éducatif, c’est également d’un goût très douteux. Les insectes présentés sont d’origine exotique, ils sont grands voire géants, et il y a même un scorpion (qui n’est pas un insecte ceci dit) … de quoi faire rêver ! Comment ensuite sensibiliser des enfants aux insectes de nos jardins, eux qui auront découverts le monde des insectes à travers ces espèces esthétiquement correctes ?

Et où est le respect de la Vie dans cette démarche ? Tuer des insectes pour éduquer … pédagogie bien en phase avec notre société de consommation de la Nature.

Une fois l’effet << nouveauté >> passé, combien de ces blocs de résine finiront à la poubelle ? Recyclable ? Que nenni !

Alors, parents, grands-parents … n’achetez pas ces insectes sous plastique.

Si vous partagez mon point de vue, faites le connaître autour de vous et si vous êtes membre de Face Book, rejoignez le groupe « Contre la commercialisation d’insectes par le journal Le Soir et le museum« .

24-02-2010 :

Réactions du Muséum et de Natagora à cette campagne commerciale à lire ICI (Le Soir, 24-02-2010)

Publié dans Hors catégorie, Incivilités | Commentaires fermés

Un jardin Nature admise : un nichoir à Osmies

Fabriquer un nichoir à Osmies

L’Osmie est une abeille solitaire, très commune, qui s’est très bien adaptée au milieu urbain, et qu’il est facile d’accueillir dans son jardin, via un nichoir artificiel.

Et elle pique ? Non, elle ne pique pas et ne fait pas de « crasses » ;-)

Si elle est si commune, et de surcroît en milieu urbain, pourquoi vouloir l’accueillir dans son jardin ?

Pour une bonne raison : l’observer (avec les enfants), s’émerveiller de ses prouesses, et de fil en aiguille, s’apercevoir que son jardin recèle sans doute bien d’autres visiteurs et qu’il serait dommage de détruire toute cette Vie par des pratiques inadaptées, comme les traitements avec des pesticides de toutes sortes.

Mais revenons aux nichoirs à Osmies …

Les Osmies font leur nid dans diverses cavités horizontales qu’elles ne creusent pas elles-mêmes. Elles utilisent par exemple de vieilles galeries creusées dans les murs. Mais elles acceptent volontiers des nichoirs adaptés : bouquets de tiges de bambous ou briques, pierres, blocs de bois et demi-troncs forés de trous de diamètres différents (5 à 10 mm), … Les nichoirs doivent être exposés au sud et placés dès le mois de mars.

La buche percée

Le plus simple à réaliser, c’est la buche de bois percée de trous de différents diamètres, de 3 mm à 10 – 12 mm.  Le choix du bois est très important : il faut un bois dur,  de feuillus (la résine des bois résineux coulerait dans les trous, ce qui risque de les boucher ou d’engluer les abeilles), par exemple du Chêne, du Hêtre, du Robinier ou encore du Châtaignier ou du Charme.

Les dimensions de la buche permettront de forer des trous d’au moins 8 à 10 cm de longueur. Les trous seront espacés de 2 à 3 cm.  Les entrées seront fraisées ou passées au papier de verre afin d’éliminer toutes les petites échardes qui risqueraient de déchirer les ailes fragiles des abeilles.  Une protection contre la pluie (petit toit en contreplaqué, ardoise …) terminera votre premier nichoir à abeilles solitaires … mais que d’autres insectes ne manqueront pas d’utiliser (forficules, petites guêpes, araignées …)

Buche en hêtre, suspendue sous une corniche

Buche en hêtre, fixée sur un support en bois

Buche en chêne ... massif

Les tiges creuses (bambou, renouée, roseau, …)

Ces nichoirs sont très faciles à réaliser puisqu’il s’agit d’assembler des tiges creuses ficelées  en un petit fagot ou rassemblées dans un tube en plastique.

Les tiges creuses peuvent être des morceaux de tiges de renouées du Japon bien sèches (prélevées sur des plantes encore debout et pas au sol car elles pourraient présenter des traces de pourriture), des tubes de bambous ou encore du roseau.  Ces trois  « matériaux » ont l’avantage de présenter des nœuds pleins à intervalles réguliers. Il suffit dès lors de couper des tronçons derrière un nœud pour disposer de tubes bouchés à une extrémité.

Pour les pailles et les tiges diverses qui n’ont pas de noeuds, ou trop espacés, il suffit de tremper l’un des côtés de chaque botte dans une mixture d’argile délayée dans un peu d’eau et de laisser sécher avant la mise en place. La durée de vie de ce type de nichoir est nettement améliorée si vous placez les tiges dans un tube en plastique. Elles seront ainsi protégées des intempéries.

Récolte et préparation des tiges de renouée du Japon

Renouées du Japon séchées et sur pied

Récolte de tiges d'environ 1 mètre de long

Découpe des tiges en  tronçons d'environ 20 cm de long

Découpe des tronçons derrière un noeud plein (bouché)

Tronçon de Renouée, côté ouvert

Préparation des tiges de bambou

Les tiges de bambou seront achetées en jardinerie.  Afin d’être certain de disposer de tiges creuses, les tiges de plus grands diamètres seront préférées (diamètre extérieur de 10  à 14 mm).  Bien s’assurer également qu’il n’y a pas de tiges fendues, en vérifiant en particulier le bambou bien caché au centre de la botte :-)

Botte de bambous, diamètre : 10 - 14 mm, longueur : 230 - 250 cm

Noeud plein d'une tige de bambou

Découpe derrière un noeud plein

Tronçons obtenus à partir d'une tige de bambou

Rejet des tronçons fendus

Extrémités bouchées des tronçons de bambou

Une quinzaine de tronçon de +/- 30 cm obtenus depuis une botte

Préparation du nichoir

Une fois les tronçons de tiges creuses préparés (et bouchés à une extrémité), la dernière étape consiste à les assembler en une botte et à protéger celle ci des intempéries.

Personnellement, j’ai récupéré un tube de PVC d’un diamètre d’environ 4 cm. C’est un peu petit, car il n’est possible que d’y faire entrer 4 ou 5 tubes en bambou.  Sa longueur sera légèrement supérieure à celle du plus grand des tronçons de  bambou utilisé, afin qu’il soit bien protégé des intempéries.  Les tubes de bambou seront calés avec des morceaux de section plus petite (4 – 5 mm de diamètre).

Le PVC se trouve dans les magasins de bricolage, mais les Recyparks ont maintenant une section de récupération pour les déchets de PVC … et même si * théoriquement * il n’est pas possible de faire ressortir un déchet du Recypark …

Afin de fixer plus facilement le tube PVC,  il est percé (perceuse électrique !) de deux petits trous  (2 – 3 mm de diamètre) dans lequel un fil métallique d’une bonne longueur (60 cm) est passé. Il servira à attacher le tube à son support.

Tube PVC d'une longueur un peu supérieure au plus grand des tronçons de bambou

Un fil métallique est passé à travers le tube

Remplissage du tube PVC avec les tronçons de bambou et / ou de renouée

Toutes les extrémités fermées sont placées du même côté

Et l'émerveillement peut commencer !

  • D’autres modèles de nichoirs :
  1. Aider les abeilles « sauvages » ? C’est maintenant !, par Michel Segond
  2. Un nichoir didactique, par Jean Marc Michalowski

  • Plus d’informations :
  1. Osmie cornue
  2. Osmie rousse
  3. Observations dans mon jardin
  4. Mes premiers nichoirs, par Jean Marc Michalowski
Publié dans Insectes au jardin | Marqué avec , , , | Commentaires fermés

Traces … indiscutables

Cela va peut être vous dégoûter … mais les excréments laissés par les animaux sont des indices très importants et tout vrai naturaliste ne peut les ignorer.  Elles témoignent de la présence d’espèces qui sont rarement observées lors de balades, soit parce qu’il s’agit d’animaux à l’activité essentiellement nocturne, soit d’animaux très discrets, la majorité en fait :-)

Je ne suis pas spécialiste de ces traces particulières,  et certaines sont donc identifiées sans certitudes …

Le chevreuil

Les moquettes du brocard (le mâle) ont de 10 à 14 mm de long et 8 mm de large environ, elles ont une petite pointe. Celles de la chevrette (la femelle) sont plus rondes et plus petites. Noires ou brunes, elles peuvent être agglomérées en été.

Moquette de chevreuil

Moquette de chevreuil

Moquette de chevreuil

Le renard

Les laissées du renard ont une extrémité effilée et tordue. La couleur varie du gris au noir, voire au mauve quand il a mangé beaucoup de myrtilles.  Elles sont déposées bien en vue, afin de marquer le territoire. Longueur de 8 à 10 cm.

Laissée de renard ?

Laissée de renard ?

Traces de mustélidés (fouine, martre …)

Les traces suivantes sont identifiées sans certitudes, et tout commentaire sera le bienvenu :-)

Sur ce Sureau noir brisé, j’ai trouvé une laissée allongée, brunâtre, d’environ 7 cm de long.  Peut être une fouine ?

Sureau noir

Laissée de fouine ?

La laissée suivante, déposée, en forêt, bien en évidence sur un touffe d’herbes sèches, et de forme circulaire, pourrait être celle d’une martre.

Laissée de martre ?

Laissée de martre ?

Publié dans A la trace, Mammifères | Marqué avec , , | Commentaires fermés

Insolite

Chockier, juillet 2003

Insolite

Publié dans Hors catégorie | Commentaires fermés

Les aristocrates du déchet : 2

Le mobilier urbain (bancs publics, poubelles, lampadaires …), vous connaissez.

Mais savez vous que les aristocrates du déchet ont inventé le mobilier forestier !

Fidèles à leur logique (mes déchets sont de meilleure qualité), ils n’hésitent pas à promener leurs déchets en forêt, en camionnette ou dans une remorque. Mais comme les animaux abandonnés sur un parking à la veille du départ en vacances, ces sans-cœur se débarrassent de leurs vieux meubles en forêt, loin de leur foyer ou de leur jardin …

A charge de la collectivité de venir les récupérer !

Mobilier forestier : le banc

Ferrières, 1er juin 2006

Mobilier forestier : le fauteuil une place

Ferrières, 28 juillet 2008

Publié dans Incivilités | Commentaires fermés