2010, Année de la Biodiversité … et après ?

2010, Année de la Biodiversité … et après ?

2010, des conférences par dizaines en région Wallonne, autant d’expositions, une orgie médiatique (surtout en fin 2010), quelques bonnes intentions, mais vraiment beaucoup moins …

Et après ?

Comme suite concrète, j’avais retenu l’initiative intéressante du Plan Maya présentée au début de l’année 2011 par la Région Wallonne (RW). Gros succès, puisque 160 communes wallonnes  ont signé ce plan … trop gros succès puisqu’il ne se passe quasiment rien, apparemment faute de ressources administratives suffisantes à la RW, qui ne pensait pas avoir autant de demandes (selon mes sources, une trentaine de communes signataires étaient attendues … alors 5 fois plus, ce n’est pas gérable actuellement ).

2011, Année de la Forêt

La forêt … thème déjà moins porteur pour les médias (ce qui ne me déplait pas d’ailleurs, c’est autant de déchets – je parle des emballages bien sur -  en moins dans nos forêts). A part des initiatives intéressantes des habitués comme le Musée de la Forêt de Berinzen et quelques reportages au Jardin Extraordinaire … vraiment beaucoup moins de sensibilisation du grand public.

2012, Année … électorale

Les élections communales … c’est en octobre 2012 en Belgique. Enfin un sujet qui nous concerne tous … qui devrait en tout cas.

Dans ma commune de Sprimont (Province de Liège), le cdH local organise des (deux en fait) réunions « Écoute Citoyenne » parce que << Une liste citoyenne doit exister pour vous et avec vous >>, << Un programme qui soit le miroir de vos envies, rêves, réflexions, projets, … s’élabore avec vous ! >> et blablabla.

Initiative démocratique tout à fait louable …

Par curiosité, j’ai participé à la première réunion « Entente citoyenne ». Le principe est simple : recueillir les idées citoyennes pour élaborer un programme dit citoyen pour les prochaines élections communales … (en prime, un verre offert – que j’ai refusé ceci dit).

Après projection d’un film d’une vingtaine de minutes consacré à présentation de la commune , les participants sont invités à s’assoir à une des six tables rondes organisées. Six panneaux sont disposés dans la salle autour d’autant de tables. Sur chaque panneau, 4 à 5 mots clés. Ensuite, les participants écrivent sur des Post-it leurs idées et à la fin de la séance, les Post-it sont associés aux mots clés, et le modérateur de chaque table fait une petite synthèse pour l’ensemble de la salle.

J’ai eu beau le chercher, le mot « Environnement » n’était pas présent sur les six panneaux (le mot Nature, qui fait bien trop peur, cela je n’y comptais même pas) !

J’ai rejoins la table « Cadre de vie »,  et sur mon premier Post-it (le 1er lu, en plus), j’ai écrit qu’il manquait le mot « Environnement » sur tous les panneaux. J’ai alors vu le modérateur parcourir du regard l’ensemble des 6 panneaux et reconnaitre, à faible voix, que c’était un oubli !

Voilà qui en dit long sur l’intérêt du cdh local sur l’Environnement (alors que c’est une de leurs compétences scabinales). Je suis donc déjà fixé sur le programme d’un des partis. Et les autres ?
A suivre …

Publié dans 2012 Année elctorale | Commentaires fermés

Produire et détruire

Durant mes 6 années professionnelles au contact du monde forestier (fin des années 90), j’ai toujours été interpellé par le manque de respect de la forêt par les exploitants forestiers, ouvriers ou conducteurs d’engins, … Que de pneus brulés pour se réchauffer, de détritus divers abandonnés ou d’ornières profondes creusées pour des décennies.

En forêt, les dégâts au sol sont durables, souvent irréversibles. Le simple « bon sens » permettrait sans doute d’en éviter un certain nombre, mais face aux contraintes de production, c’est la logique économique – à court terme – qui a force de loi.  Mais ces dégâts en forêt, qui s’en soucie vraiment ? Si peu de personnes s’aventurent hors des chemins et sentiers …

Parlons en justement de la voirie forestière.

Si une partie conséquente de la voirie forestière n’est utilisée intensément par les engins de débardage que tous les 10 ou 20 ans (voire plus), il suffit d’un journée de débardage effectuée dans de mauvaises conditions, pour détruire complétement l’assiette de la voie, et priver d’accès à la forêt, les promeneurs occasionnels , les cavaliers … ou tout simplement les usagers habituels des chemins vicinaux.

En ce début de Janvier 2011, après des chutes de neige exceptionnelles, un premier redoux s’est amorcé : des températures largement positives ont entrainé un dégel du sol et une fonte rapide de la neige, des conditions propices à la dégradation des sols en cas de passage d’engins lourds. Une question de « bon sens » encore une fois …

Sur la commune de Ferrières, un arrêté de police pris par le Bourgmestre a interdit la circulation sur les chemins forestiers, entre le 7 et le 14 Janvier.

Arrêté de police interdisant le passage des engins lourds

Arrêté de police interdisant le passage des engins lourds (09-01-2011)

Arrêté de police interdisant le passage des engins lourds

Arrêté de police interdisant le passage des engins lourds (09-01-2011)

Arrêté de police interdisant le passage des engins lourds

Arrêté de police interdisant le passage des engins lourds (09-01-2011)

A Sprimont, dans le Bois de Warnoumont (dont les pessières n’en finissent pas de tomber à chaque coup de vent), aucune protection de la voirie de ce bois. Certes, il s’agit peut être d’un chemin privé (j’en doute cependant), mais comment justifier de tels dégâts ?

  1. Des ornières profondes de 60 – 80 cm ;
  2. Un flot de boue poussé par le TimberJack vers les cours d’eau en aval, à chacun de ses passages ;
  3. Une prairie rognée d’une bande de 40 cm de large ;
  4. Une clôture à remettre en place ;
  5. Un chemin impraticable par les promeneurs du dimanche ;
  6. Qui payera le coût de la remise en ordre de la voirie ?

Dégâts de débardage à Sprimont lors d'un redoux climatique

Débardage à Sprimont lors d'un redoux climatique le 08 janvier 2011

Dégâts de débardage à Sprimont lors d'un redoux climatique

Dégâts de débardage à Sprimont (08-01-2011)

Dégâts de débardage à Sprimont lors d'un redoux climatique

Dégâts de débardage à Sprimont : prairie rognée de 40 cm (29-01-2011)

Dégâts de débardage à Sprimont lors d'un redoux climatique

Dégâts de débardage à Sprimont : clôture à remettre en place (29-01-2011)

Dégâts de débardage à Sprimont lors d'un redoux climatique

Dégâts de débardage à Sprimont (29-01-2011)

Dégâts de débardage à Sprimont lors d'un redoux climatique

Dégâts de débardage à Sprimont (29-01-2011)

Publié dans Incivilités | Commentaires fermés

La biodiversité et les chasseurs

Les chasseurs ont pour habitude, de dégager à grand renfort de moyens mécaniques, des « layons » de chasse, c’est-à-dire des couloirs où toute végétation ne peut dépasser 3 cm de haut. Toute végétation sauf bien sur les arbres plantés et protégés de la dent du gibier par des protections plastique qui souvent resteront en place  (en forêt) bien des décennies après avoir joué leur rôle protecteur.

Ces layons offrent aux chasseurs un espace de tir dégagé, ce qui devrait leur permettre de tirer plus facilement le gibier, mais permet aussi aux chasseurs de se voir les uns les autres, de postes de tir en postes de tir.

Cette année, les chasseurs doivent être particulièrement maladroits ou le gibier plus futé, car mêmes les arbres morts, qui abritent quantité d’insectes et offrent nourriture et gite à différents oiseaux, ont été nettoyés des layons de chasse !

Moi aussi j’espère qu’un jour les arbres se vengeront !

Quille d'épicéa - 07 janvier 2007

Détail quille d'épicéa - 05 avril 2010

2e mort d'un arbre mort - 21 novembre 2011

2e mort d'un arbre mort - 21 novembre 2011

Publié dans Destins d'arbres | Commentaires fermés

Métamorphose d'une réserve naturelle – retour sur le terrain

Ces 11 et 12 novembre 2010, je suis retourné à la RN du Pierreux, pour tenter de comprendre les effets de cette gestion ovine mise en place, et les éléments du plan de gestion transmis par le responsable du Life Hélianthème.

L’intervention mécanique (forte) qui a été menée était nécessaire dans l’optique du maintien du site. Les justifications sont diverses, et l’attachement de naturalistes locaux à ce site en fait certainement partie.

Concernant le choix de la gestion ovine, je n’ai aucune compétence dans ce domaine, mais au premier coup d’oeil, n’importe qui se rend compte que les moutons ne mangent pas les repousses de bouleau, qui atteignent 60 cm cet automne. Même constat pour les prunelliers, ceux qui n’ont pas été coupé par la gestion mécanisée, sont toujours là. Idem pour leurs repousses.   Si la gestion ovine apporte un vrai bénéfice à la gestion des poacées, elle ne règle en rien le problème majeur qu’est l’envahissement par le bouleau.

Après ces  visites sur le site ces 11 et 12 novembre, je constate que les 42 ares (100% de la superficie) ont été débroussaillés (en 2009), les haies amincies de moitié pour y faire passer la clôture, les bosquets résiduels complètement rasés.  Du coup, tous les pieds de Helleborus foetidus dont les premières floraisons en mars assuraient l’alimentation de Anthophora plumipes ont été perdus.

Extrait du plan de gestion (communication du responsable Life Hélianthème) :

<< Alors que les zones débroussaillées en 2009 seront pâturées chaque année dans un premier temps (pâturage  » intensif  » durant une courte période, qui a en fait l’effet d’une fauche), la zone la plus diversifiée ne le sera qu’une année sur deux, afin de maintenir des faciès de structures variées et créer des zones refuges pour la petite faune.>>

Concernant la « zone la plus diversifiée », les critères de désignation de cette zone (laquelle ?) me sont inconnus.

Anciennement, 3 zones principales étaient généralement distinguées (les répartitions des orchidées datent de 2006)

1) A l’entrée, une zone à colchique et à orchidées (1/5 de la superficie totale) : Orchis mascula (plusieurs dizaines début mai),  Aceras anthropophorum (10 – 30 pieds), Coeloglossum viride (quelques pieds en 2002, aucun en 2006), ces 2 dernières espèces localisées sur quelques mètres carrés.

Dans la prairie elle même :

2) une zone sèche à bouleaux (un pied de Ophrys apifera observé en 2002), environ 2/5 de la superficie totale.
3) une zone plus humide, avec une cuvette, envahie par les prunelliers, 2/5 également.

Dans cette dernière zone, Platanthera chlorantha (80 – 100 pieds), et Listera ovata (plusieurs centaines de pieds).

Deux autres zones sont encore à distinguer :
4) Dans la zone boisée en bord de route, Neottia nidus-avis et épisodiquement, quelques pieds de Ophrys insectifera, et plutôt en bord de route.

5) Dans la partie purement forestière de la réserve, disjointe de la pelouse calcaire, entre 20 et 30 pieds de Cephalanthera damasonium.

La zone humide étant la plus riche en espèces végétales, je suppose que c’est cette zone qui est considérée comme la plus diversifiée.

Mais toutes les zones étant uniformément rasées, comment parler de « faciès de structures variées » et de zones refuges pour la petite faune dans une zone qui serait « plus diversifiée » mais néanmoins pâturée un an sur deux (zone à délimiter et à protéger via une clôture mobile je suppose) ?

Un an sur deux, les 42 ares seront donc totalement pâturés.

Imaginons maintenant que c’est la zone sèche, avec les bouleaux qui est la plus diversifiée.

C’est dans cette zone que pousse abondamment une merveilleuse mellifère, Centaurea species ! Floraison longue et abondante, qui attire Bombus campestris, Bombus lapidarius, Bombus groupe terrestris, 2 Megachile, et tous les papillons recensés sur le site. C’est la zone qui sera pourtant pâturée chaque année, alors que la majorité des floraisons de la zone plus humide se terminent.

L’ancien plan de gestion prévoyait une rotation de 3 ans, sur ces 3 zones, mais dans les faits, c’était plutôt une rotation de 2 ans. Une année sur la zone sèche à bouleaux (côté route) + intervention légère (ronces) dans la zone à colchiques, l’autre année sur la zone plus humide à prunelliers (côté prairies).  Ces interventions se faisaient avec une bonne débroussailleuse.   Cette gestion, faite fin octobre – début novembre, assurait une floraison continue de la réserve, depuis les orchidées en avril jusqu’aux gentianes et colchiques en septembre – octobre.

J’ai ajouté à l’inventaire Life de 2009 des papillons et plantes le statut actuel de protection, UICN et région wallonne. Les orchidées sont bien évidemment les plantes les plus menacées, seule Gentianella ciliata n’est pas de cette famille. Le tableau des relevés 2009 ne fait d’ailleurs pas mention de l’autre Gentiane, Gentianella germanica.  Ces 2 gentianes sont (étaient) présentes dans la partie de la réserve qui  est envahie par les bouleaux.

D’après mes observations (4 années – 2002 à 2005, via photos) :

+ la Gentiane ciliée fleurit (floraison complète) entre le 18 septembre et le 15 octobre. La flore bleue indique une période de floraison de juin à octobre.
+ la Gentiane d’Allemagne (bisannuelle) fleurit (floraison complète) entre 04 septembre et fin septembre. Des tiges séchées sont encore visibles vers le 30 octobre.  La flore bleue indique une période de floraison de août à octobre.

Je n’en ai retrouvé aucune trace (hampes florales séchées) de ces deux gentianes.

Trop tard ? Mauvaise année ? Effet du pâturage aoûtien ?

Aucune trace non plus de Genista pilosa, qui était relativement abondant dans le haut de la zone à bouleaux

La zone située tout à l’entrée de la réserve, où maintenant un frêne et un fusain malingre sont les seuls ligneux encore debout, abrite ou abritait une belle plage de colchiques, qui  fleurissaient à la mi-septembre. Il est bien sur trop tard pour tenter de retrouver des traces de la floraison, mais le colchique est-il dangereux pour les moutons comme il l’est pour les chevaux ou est il brouté ? Je n’ai pas la réponse.

Le plus ironique, c’est que tout le bord de cette zone, côté route, était fauché hâtivement par un ouvrier communal roi de la barre faucheuse, fait dont le conservateur se plaignait chaque année, les bords de route étant en fauchage tardif. L’effet était pourtant très bénéfique pour les colchiques comme en témoigne cette photo.

Ma question initiale, comment justifier une telle gestion, reste toujours sans réponse.

La simple évocation de la non intervention relève pour beaucoup de l’hérésie, pourtant que d’énergie et de ressources dépensées et à dépenser, pour 42 ares, sur un terrain qui reste propriété communale (info du SIBW).

Pierreux 11 novembre 2010 - zone à bouleaux vue du haut

Pierreux 11 novembre 2010 - zone plus humide vue du haut

Pierreux 11 novembre 2010 - zone à bouleaux vue du bas

Publié dans Hors catégorie | Commentaires fermés

Métamorphose d'une réserve naturelle

J’ai découvert la réserve naturelle du Pierreux (entité de Ferrières, gérée par le Genévrier asbl) en 2002. C’est un lambeau d’une pelouse calcaire, d’un petit hectare, colonisé par le bouleau. Le dernier lambeau même, le reste étant construit.

Pour avoir participé à 4 gestions sur ce site, je sais combien il est ingrat et frustrant de repasser chaque année pour rabattre les pousses de bouleau, mais cette gestion permettait de maintenir une pelouse fleurie de mars (violettes) à octobre (Gentianella ciliata et Gentianella germanica ), accueillant de très nombreux insectes.  Cette pelouse fleurie ressemblait à ceci au mois de juillet (photos de 2004 et 2005).

Pierreux juillet 2005

Pierreux juillet 2005

Pierreux juillet 2005

Pierreux juillet 2005

Pierreux juillet 2004

Pierreux juillet 2004

Pierreux juillet 2004

Parmi les nombreux insectes que j’ai observés durant 4 années, un hyménoptère, Andrena hattorfiana, dont les sources de nectar et de pollen sont exclusivement les Dispsacacées, surtout la Scabieuse des champs, Knautia arvensis, bien présente au Pierreux … enfin, avant la métamorphose.   Considérée comme menacée en raison de sa prédilection pour des biotopes sensibles, souvent détruits par les activités humaines.

Andrena hattorfiana femelle

En août 2010, après passage du Life Helianthème (?), le site est solidement clôturé et une dizaine de moutons (mères et petits) sont présents le 06 août. La pelouse est rasée, pas la moindre fleur à l’horizon, pas le moindre papillon en vol !

Pas le moindre pied d’Hélianthème …

Le 06 janvier, le responsable du projet m’avait fourni le relevé botanique de 2009 qui totalisait 102 espèces, et m’écrivait << ce site est extraordinairement riche compte tenu de sa surface >>.

Comment alors justifier le désert écologique de cet été 2010 ? est-ce uniquement pour « cocher » quelques orchidées au printemps 2011 ?

Quelques pieds (espérés) de  Coeloglossum viride ont ils plus de valeur qu’une population restreinte de Andrena hattorfiana ?

Non, rien ne justifie un tel désert !

Pierreux août 2010

Pierreux août 2010

Pierreux août 2010

Pierreux août 2010

Pierreux août 2010

Pierreux août 2010

Inventaire Plantes et papillons 2009 RN du Pierreux

Publié dans Hors catégorie | Commentaires fermés

Un triste jour

Aujourd’hui est une triste journée.

Mon gentil voisin Benitto, s’est éteint hier, vaincu par le crabe.

Jardinier, il connaissait les abeilles solitaires, alors que moi,  je les ai apprises.

Il avait devant sa maison, un arbre rare, présent seulement en 3 – 4 exemplaires en Wallonie. Il le savait, alors que moi je suis passé devant cet arbres des centaines de fois  sans même le soupçonner.

Il disait bonjour à tout le monde,  combien viendront lui dire un dernier « Au revoir »

Aujourd’hui est une triste journée.

Publié dans Hors catégorie | Commentaires fermés

Etes vous au parfum ?

Même si  depuis quelques années,  la pub et le marketing à destination du public masculin sont plus présents agressifs  sur le créneau des << soins corporels masculins >>, j’ai toujours refusé de me couvrir d’une ou plusieurs couches … de produits chimiques !

Canada: des substances dangereuses décelées dans des parfums (13/05/2010)

De nombreuses marques de parfum parmi les plus vendues au Canada contiennent au moins une dizaine de produits chimiques secrets potentiellement dangereux pour la santé, selon une étude de l’ONG Défense environnementale du Canada rendue publique mercredi. Selon l’étude, l’effet de l’association de ces substances chimiques peut aller de la simple réaction allergique à la perturbation du fonctionnement endocrinien. Sur les 17 parfums testés (soumis à une évaluation par un laboratoire indépendant de Californie), 12 contiennent du phtalate de diéthyle, un produit associé au développement anormal des organes génitaux chez les bébés de sexe masculin et aux anomalies du sperme chez les hommes adultes. Chaque produit testé renferme en moyenne 14 substances chimiques secrètes. Selon l’étude, ces composants ne sont pas indiqués sur l’étiquette en raison d’un vide juridique qui permet aux fabricants de les regrouper sous l’étiquette « parfum ». Les parfums jugés les plus dangereux par les auteurs de l’étude sont « Halle » de l’actrice Halle Berry, « Quiksilver » (acheté au Canada) et « Lo Glow » de Jennifer Lopez: ils contiennent chacun sept substances capables de perturber le système endocrinien, dont six qui imitent l’œstrogène et une qui influencerait la glande thyroïde. L’association canadienne des cosmétiques, produits de toilette et parfums rétorque que « ce rapport déforme grossièrement les études scientifiques sur les composants de parfums et présente un tableau erroné de la façon dont ils sont contrôlés et étiquetés », a déclaré son porte-parole.

Publié dans Incivilités | Commentaires fermés

Blanches floraisons …

La Redoute (Remouchamps, Aywaille), se couvre de blanches floraisons dès le printemps venu : merisiers et prunelliers d’abord, aubépines ensuite. Mais c’est aussi un haut lieu du cyclisme, et l’enfant du pays, Philippe Gilbert a un fan club très démonstratif qui tapisse littéralement la route d’inscriptions à la gloire de leur champion. Parfois, un illustre inconnu parvient à trouver une petite place pour se glisser dans un cœur :-)

Mais cette course, Liège Bastogne Liège,  permet aussi à d’autres liégeois de faire connaitre leur sentiment sur une intercommunale (Tecteo) …

Publié dans Insolite | Commentaires fermés

Un volcan s'éveille … et demain ?

Un volcan d’Islande s’éveille et rappelle à tous ces citoyens pressés et avides de mobilité à tout prix (pardon, à bas prix) qu’ils ne pourront jamais aller contre la Nature …

<< Le nuage de cendres projeté par le volcan islandais Eyjafjallajökull continue de perturber gravement le trafic aérien en Europe et avec le reste du monde. Il a aussi des conséquences économiques dans de multiples secteurs >>

Parmi les réactions, j’aime celles-ci

<< Une simple répétition générale?. Pour le député vert [français] et partisan de la décroissance Yves Cochet, nous vivons « une bonne anticipation » de ce qui se passera dans une quinzaine d’années: la fin du transport aérien face à la raréfaction du pétrole. « Ce sera la fin de l’énergie bon marché. « Air France, Lufthansa et British Airways auront disparu » faute de passagers. Pour lui, « les dirigeants sont aveugles à la réalité » >>

<< Plus d’avion, plus de saumon. Environ 90% du saumon frais consommé au Japon est importé de Norvège, en grande partie par avion. Les stocks ont fondu avec la paralysie du trafic aérien en Europe.>> … ce sont les saumons qui vont aimer :-)

et je n’aime pas celle – ci

<< 200 millions de pertes. C’est la facture pour le transport aérien, les tour-opérateurs et les agences de voyage en France. Chiffre annoncé par le secrétaire d’Etat au Tourisme, Hervé Novelli. « Actuellement il y a des discussions » sur le principes d’aides directes de l’Etat >>

Publié dans Insolite | Commentaires fermés

Destins d'arbres : arbres en prison

Certains de nos concitoyens n’ont rien compris aux arbres.

Ils sont venus s’installer sur une parcelle plantée d’épicéas ou de hêtres (oh … comme elle sera belle notre maison avec tous ces arbres autour) mais que surgissent 2 ou 3 coups de vent et quelques arbres basculés ou cassés et bardaf … on rase tout ! Certes, ces zurbains auraient pu être blessés ou tués par les arbres … mais ne pas avoir imaginé que les arbres si proches de leurs maisons seraient devenus une menace relève de la bêtise congénitale !

D’autres ont peur qu’un voleur vienne s’emparer de leurs arbres, et les enferment derrière un clôture et attention, le chien (méchant on suppose) monte la garde !

Continuer la lecture

Publié dans Destins d'arbres | Commentaires fermés